Les cartes de pêche de la saison 2020 seront...

La PKD : une maladie nouvelle sur nos cours d’eau ?

La PKD (ou hépatonéphrite parasitaire) est une maladie parasitaire affectant les juvéniles de salmonidés qui peut passer totalement inaperçue ou au contraire provoquer des mortalités d’alevins parfois massives quand les conditions environnementales s’y prêtent (températures élevées, débits réduits, pollution organique, présence de plans d’eau…).

Le parasite microscopique, inoffensif pour l’homme, n’est pas transmissible de poisson à poisson mais nécessite un autre hôte : un bryozoaire (très petits animaux vivant en colonies fixées au substrat, similaires aux coraux) lui-même parasité par Tetracapsuloides bryosalmonae dont les spores émises par le bryozoaire peuvent infecter les salmonidés.

Cette maladie, diagnostiquée sur de jeunes truites fario dans le bassin de l’Ariège dès 2016 se manifeste quasiment chaque été sur les juvéniles avec une gravité très variable et touche d’autres rivières dans les Pyrénées mais aussi ailleurs en France et dans toute l’Europe. D’après certains scientifiques, elle est arrivée sur notre continent depuis plusieurs millénaires, probablement par les airs (oiseaux aquatiques migrateurs), en provenance du continent nord américain, son berceau d’origine.

La PKD n’est donc pas nouvelle dans les eaux pyrénéennes mais le réchauffement global des eaux de surface la rend moins discrète…

 

Et dans le 64 ? 

Légende : lésions typiques de la PKD, observées sur une truitelle fario trouvée en rivière,morte à cause de cette maladie (source : Armand Lautraite & FDAAPPMA 09).

 

Faisant suite aux campagnes de dépistage et de suivi lancées ces dernières années par nos collègues d’Occitanie, la Fédération 64 s’est jointe à eux en 2019 afin de vérifier la présence de ce parasite dans notre département. Pour cette première campagne, 4 cours d’eau ont été échantillonnés par le Dr Armand Lautraite (vétérinaire, santé des poissons), référent dans cette thématique depuis 2016 : la Nive des Aldudes, la Nive d’Arnéguy, la Nive de Béhérobie et le Saison.

Si ni la maladie ni le parasite n’ont été détectés sur les Nives, le Saison s’est malheureusement révélé positif avec les 2/3 des juvéniles de truites fario infectés et présentant parfois les lésions typiques de la maladie « PKD » ( abdomen distendu, rein et rate hypertrophiés, branchies claires, peau sombre, yeux exorbités…cf photo ). Toutefois, les résultats obtenus (analyses génétiques du laboratoire des Pyrénées et des Landes et examens lésionnels par le vétérinaire) montrent que si le parasite est sans conteste présent sur le bassin du Saison, son impact sur les poissons paraît modéré, pour le moment. Il est malheureusement susceptible de s’aggraver, en particulier si les conditions thermiques et trophiques du milieu viennent à se dégrader (rejets organiques divers, prélèvements d’eau de toutes sortes réduisant les débits naturels, augmentation des températures…).

En 2020, la Fédération va poursuivre ses investigations, y compris sur d’autres cours d’eau des bassins des gaves d’Oloron, d’Aspe, d’Ossau et de Pau.

 

Commentaires clos.

Pin It on Pinterest