Des Nives « ô combien » techniques!


Conditions du moment :

Les niveaux d’eau sont toujours au plus bas et les orages salvateurs tombés sur les versants du Lauhribar et  de la Nive de Béhérobie sont déjà loin. Dans ces conditions d’étiage sévère , beaucoup d’amoureux des Nives se découragent vite devant les difficultés auxquelles il faut faire face pour sortir son épingle du jeu. Les poissons vous repèrent de très loin dans ces eaux si basses et si claires que l’on a parfois l’impression de parcourir des secteurs vides puis de tomber dans un « nid  » dès que la hauteur d’eau augmente.

Un flux de sud est annoncé dès samedi et de grosses chaleurs  sont prévues jusqu’en milieu de semaine prochaine ce qui n’arrangera pas les conditions hydrauliques du moment. Il faudra donc faire appel à toute votre technique et mettre en place tous ces petits détails qui feront que vous tromperez la méfiance des panthères.

 



Niveau

Niveau

0.49 m

Lieux de la station

Nive à Osses

Voir le niveau actuel de la station (Nive à Osses) sur Vigicrue


Conseils de pro :

La quasi totalité des clients que j’accompagne cette année sur les Nives, sont surpris de la technicité nécessaire pour réussir la pêche mais surtout de l’efficacité d’une somme d’éléments techniques mis en place et maîtrisés. Diminuer les tailles de mouches (18,20), rallonger les pointes et les bas de ligne, diminuer le poids des nymphes sont quelques réflexes de base à avoir lorsque les choses se compliquent au bord de l’eau. Mais il faut également travailler sans cesse sa gestuelle. Que ce soit en sèche, en nymphe, voire en noyée, nous oublions trop souvent que ce premier geste qui détermine la qualité de nos dérives, conditionne le résultat.

Morale de l’histoire: restez simple, faites ce que vous savez faire, mais ne laissez aucun détail de côté ni de place au hasard (« je ne vais pas refaire ma pointe,elle est courte mais ça ira….non, refaite la! »).

Pour ces dernières semaines de la saison, je vous conseille d’approcher les postes du plus loin possible en prenant le temps de bien se positionner pour effectuer le meilleur geste possible et donc la meilleure dérive possible. Privilégiez les secteurs les plus agités et les plus profonds où les poissons se sont concentrés. N’hésitez pas à changer de technique d’un coup à l’autre (nymphe, sèche, tamdem) et même sur un poste (un ou deux passages en nymphe, puis en tamdem). Varier la présentation déclenche souvent les touches. Cela peut paraître un détail mais croyez moi, ça marche.

Pour les amateurs de sensations, n’hésitez pas à balader quelques noyées sur les radiers des parties de rivières les plus larges surtout au coup du soir.

Une très bonne fin de saison à toutes et à tous.

Glenn