Partages et usages


Conditions du moment :

Nous voilà mi-août et les Nives restent un cadre privilégié pour bon nombre d’usagers, qu’ils soient estivants, locaux, côtiers, baigneurs, pique-niqueurs et autres navigateurs en herbe. La journée, et même tard le soir, les berges sont prises d’assaut par tous les chercheurs de fraîcheur ou du fuyard des plages surpeuplées.

Vous l’aurez certainement compris, il va de soit que la période est loin d’être propice aux belles escapades solitaires, à remonter discrètement les rives caillouteuses, à se faufiler tel l’écureuil furtif entre deux aulnes torturés. Là, il nous faut jouer des coudes et se satisfaire des spots occupés par quelques braillards et autres barragistes amateurs. Sachez que ces zones ne sont pas forcément à proscrire de votre été. En effet, bien que bruyants et déménageurs, ces touristes peuvent vous apporter la réussite de votre partie de pêche. A bouger pierres et sédiments, ils relèvent nombre de macro-invertébrés qui par cette dérive “catastrophique”, suscitent un intérêt certain pour nos chères ponctuées (enfin certaines car une majorité se terre et attend des jours meilleurs, loin de tout ce remue-ménage).

Les niveaux sont idéaux pour celui qui veut prospecter et se faire une idée précise des fonds et autres potentielles zones de cache et/ou d’alimentation. Se faire une cartographie mentale de la rivière permet de tirer son épingle lors d’épisodes moins accessibles… Certes, ces journées d’été à zigzaguer entre usagers divers et variés, ajouté aux multiples traversées aléatoires, ne vous rapporteront que peu de captures à l’instant T mais, sur le moyen ou long terme, croyez moi, vous les bénirez!

En journée, au niveau à proprement parlé de la pêche et de la technique à employer pour leurrer une ou deux de nos chères panthères basques, il vous faudra gratter en nymphe (bille marron de 2,5/2,8mm) les zones les plus tumultueuses et ne pas hésiter à plonger votre imitation au cœur de la mousse blanche. Pas d’extravagances, restez sur les valeurs sûrs aux teintes naturelles (corps assez aérés en faisan, lièvre et phoque).



Niveau

Niveau

0,25 m

Lieux de la station

Nive des Aldudes à Baïgorry

Voir le niveau actuel de la station (Nive des Aldudes à Baïgorry) sur Vigicrue


Conseils de pro :

Le bassin des nives se remet peu à peu et de belles pêches se réalisent par instant, pour peu que tout s’aligne (diamètre de pointe, premier passage, positionnement réfléchi). Néanmoins, pour celui qui arrive en cette période, je vous dirai de privilégier la sortie familiale mais de vous réserver les plages de l’aube et du crépuscule. Pas besoin d’abandonner vos familles ou ami(e)s bien longtemps, amenez les croissants pour 9h/9h30 et prenez le 1er apéro de 19h pour les rejoindre ensuite en début de nuit…

Certes cela vous donnera des journées bien longues mais commencer et finir celle-ci par une bise à une panthère, que demander de mieux!

Le matin, ne sortez pas sans un sedge minimaliste (hameçon numéro 18, corps soie de montage gris ou camel, ailes en fibres de coq et demie collerette en coq) ou un cul de canard déséquilibré (1 aile à plat par exemple) en 18 voire 16 selon les éclosions du coup du soir précédent de teinte plutôt grise pâle.

ps: attention, toujours avoir des fourmis dans sa boite…